Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

Que JJ Goldman soit l'incontestable vedette des chorales de collège et des clubs du troisième âge, passe encore, c'est un hommage indirect à Léo Ferré et à son immense culture classique. Mais même cela est menacé. La musique disparaît de l'enseignement plus vite encore que la littérature. Pas partout d'ailleurs : dans l'un et l'autre cas, musique et littérature, certains théorisent le fait que leur compréhension étant déjà une affaire de classe, il convient pour qu'elles ne disparaissent pas, d'en faire un marqueur essentiel de l'appartenance à la classe dominante et donc d'en renforcer l'enseignement dans les grandes écoles et les écoles de commerce.Un peu comme les managers japonais et le président du Racing voient le rugby et à l'inverse de ce qu'il fut. (merci à JLK blogueur, photographe et rugby lover pour l'image de Céret, un des centres du Monde!)

 

D'ailleurs l'abandon de l'enseignement de la musique peut apparaître comme une mesure positive dans la lutte contre l'insécurité. Je m'étais interrogé sur ce pourquoi la SNCF inondait depuis un an ou deux le hall supérieur de la gare d'Angers d'une musique classique d'interprétation fadasse mais d'un niveau sonore assez élevé, alors même que toute activité commerciale (et parfois même l'ascenseur et donc la possibilité pour les handicapés d'accéder à la gare, sauf un détour de 300m) y était suspendue. J'avais soupçonné un rapport avec les SDF et punks à chien du coin. Bingo ! Mozart au service du Ministère de la Prophylaxie Sociale, il fallait le faire ! Quelle honte ! Le Courrier de l'Ouest, journal incontestable, nous apprend que c'est bien cela : la musique classique est tellement étrangère à ces oreilles-là que cela semble fonctionner. A l'inverse de ce qui se passe dans les salles de traite pour les vaches, car paraît-il, la musique classique y augmente les rendements laitiers. Avec cette double nuance que les vaches ne peuvent pas s'enfuir et que les interprètes sont peut-être meilleurs.

 

Les signes de la barbarie se parent d'une certaine candeur. Je ne sais pas pourquoi, mais j'imagine que les agents SNCF favorables au maintien intégral du RH0077 et au retrait de la « Loi Travail » ne sont pas dans ce coup là.

La gare d'Angers, Mozart, les salles de traite et la réforme des collèges.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article