Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

 

Edgar Allan Poe est un écrivain célèbre, mais un libre penseur méconnu. Célèbre, oui, mais peu lu en France, malgré les efforts de Baudelaire et Mallarmé. Je l'ai lu trop tôt aussi entre 16 et 18 ans. Babélio le donne sans sourciller comme mort à 40 ans d'une crise de delirium tremens, mais le site américain de la « Freedom From Religion Foundation » fait observer que le médecin qui a constaté le décès n'a trouvé aucune trace d'intoxication ni par l'alcool ni par une autre drogue. Babelio reproduit tristement la thèse des ennemis d'Edgar Allan Poe, accablé de mille décès précoces dans sa famille , dont le dernier avant le sien, celui de sa jeune épouse de 27 ans, emportée par la tuberculose. Ses ennemis reprochaient à Poe son agnosticisme , il écrivait peu avant sa mort :

 

«  'L'infini' ce mot comme «'Dieu', l'esprit' et quelques autres expressions équivalentes qui existent dans toutes les langues, n'est en aucun cas l'expression d' une idée, mais celle d'un effort pour en atteindre une. Il représente une tentative du possible pour atteindre l'inaccessible .» (Eureka 1848)

 

J'aime Mallarmé et me suis réjoui d'entendre il y a peu Alberto Nessi en parler, mais j'aime aussi la gare de Clichy-Levallois, grâce à laquelle, bizarrement je connais « Antony and the Johnsons », Antony est devenu Anhoni qui chante magnifiquement avec Björk, mais moi je ne m'étais jamais aperçu que cette chanson qui me faisait pleurer et me faisait du bien était d'Edgar Allan Poe.

 

The Lake

In spring of youth it was my lot
To haunt of the wide world a spot
The which I could not love the less-
So lovely was the loneliness
Of a wild lake, with black rock bound,
And the tall pines that towered around.

But when the Night had thrown her pall
Upon that spot, as upon all,
And the mystic wind went by
Murmuring in melody-
Then-ah then I would awake
To the terror of the lone lake.

Yet that terror was not fright,
But a tremulous delight-
A feeling not the jewelled mine
Could teach or bribe me to define-
Nor Love-although the Love were thine.

Death was in that poisonous wave,
And in its gulf a fitting grave
For him who thence could solace bring
To his lone imagining-
Whose solitary soul could make
An Eden of that dim lake.”


Edgar Allan Poe, The Complete Stories and Poems

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article