Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

Un article de la revue « Sciences et Pseudo-sciences », éditée par l'Association française pour l'Information scientifique » (AFIS) de juillet-septembre 2017 attire l'attention sur un phénomène que l'on pourrait s'attendre à trouver à côté de l'horoscope : «  Comment votre prénom affecte votre apparence physique » (1).

Dans mon enfance, Momo c'était Maurice, déjà démodé, aujourd'hui c'est Mohamed : ils n'ont pas la même tête et le dire fait frémir les tenants du Grand Remplacement (qui, à mon sens, ne sont hélas pas remplacés si vite que cela).

Mais les études conduites sont sérieuses et vont beaucoup plus loin. Chacun reconnaîtra aisément que le prénom est une étiquette sociale : si notre président Kevin Macron s'était inspiré du philosophe Kevin Mounier cela se saurait !

Des chercheurs israéliens ont proposé à un panel de centaines de volontaires (étudiants) vingt photographies de personnes prises de face avec une expression neutre, dix hommes et dix femmes, avec quatre prénoms communs dans la culture israélienne en demandant aux panélistes de trouver le prénom de chaque personne photographiée. Les personnes de sexe masculin prénommées Dan se sont vues choisir par 38 % des étudiants interrogés, alors que le hasard aurait donné 25 %. L'expérience a été renouvelée avec les femmes avec le même résultat. En France des chercheurs ont transposé avec Claire, Charlotte, Amélie et Julie avec le même résultat. Les réponses correctes vont, en fonction des prénoms choisis, de 35 à 40 % en moyenne et jusqu'à 80 % avec certains prénoms. L'expérience renouvelée avec un ordinateur entraîné à reconnaître des Vincent et des non-Vincent sur 100000 photos de visages, puis on lui a, sans entraînement, proposé de reconnaître d'autres prénoms avec le même algorithme. On a obtenu un résultat correct de 54 % à 64 % : ce n'est donc pas un biais de perception qui est en cause. En revanche, cela ne fonctionne pas avec les surnoms ou les prénoms extérieurs à la communauté ou tribu considérée (quand bien même serait-elle nationale). Cela signifie que, du moins là où le choix du prénom par les parents est libre, nous passons nos premières années à nous conformer à l'image sociale à laquelle cela correspond et cela finit par influencer notre visage.

J'y ai pensé en deux occasions récentes : savez-vous que Lord Kelvin, qui a formulé le « zéro absolu » en matière de température s'appelait William Thomson ? S'il avait été anobli sous le nom de Baron Kevin, jamais Kevin Gourdon n'aurait fait l'excellent match qu'il a fait hier soir contre les All Blacks !

Et si Valérie Pécresse a pu manifester avec les élus du FN contre les prières de vendredi dernier à Clichy, jamais Jessica Pécresse n'aurait fait ça, car Laurent Wauquiez se serait appelé Rayan (ce qui en Persan signifie habile ou intelligent), aurait eu une tête de Rayan et n'aurait pas été un concurrent.

(1) L'article est signé Brigitte Axelrad et s'intitule «  L'effet '' Dorian Gray'', montre moi ton visage, je te dirai comment tu t'appelles » voir AFIS http://www.pseudo-sciences.org/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article