Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

 

(suite) En Suisse d’ailleurs les trains circulent sous la neige faible (forcément), en France le mien a une fois de plus ce matin, trois heures de retard et c’est, apparemment, un nouveau chaos à Montparnasse. Cela m’a permis d’être rassasié pendant tout le trajet ou presque (là ils se taisent) des propos sur les cryptomonnaies de deux biologistes ou pharmaciens hospitaliers. Ces gens-là ont des disponibilités (oui je voyage en première) et l’un deux spécule un peu . La monnaie dont il parle est contrôlée par la mafia chinoise ( lui il dit : les « gouverneurs de provinces chinoises »), mais il a confiance ; il envisage des pertes, mais pas de tout perdre (« tu comprends, les gouverneurs chinois, ils ont du prendre leurs précautions » oui, oui…) Au bout du compte la complexité technique du cryptomarché donne confiance et le résultat affiché aussi ( de la parité $/UC on est passé à 7$ pour une UC!), « normalement ils auraient du faire un versement mais je n’ai pas pu récupérer des € , ils ne me l’ont proposé qu’en yuan, alors je l’ai laissé ». Je n’ai peut-être pas tout compris, mais il me semble avoir entendu que cette cryptomonnaie a un vague rapport avec leur coeur de métier, les produits pharmaceutiques. Pour revenir à la note précédente, il me semble que l’esprit humain n’accepte pas que cette civilisation où la création de valeur d’usage, un antidouleur, par exemple soit le point de départ d’un cycle dans lequel même la monnaie se perd, pour laisser la place à des ersatz contrôlés par des destructeurs de valeur. Dès lors, le soupir de l’opprimé se tourne vers le fondamentalisme, celui des pauvres pour les pauvres, celui de la théosophie, du bouddhisme, de l’Emmanuel, de la biodynamie ou de l’écologie radicale pour les autres, pas forcément riches d’ailleurs. Ces marchés semblent contrôlés par d’autres groupes, guère plus rassurants. C’est d’ailleurs pourquoi, comme me l’a suggéré un ami aujourd’hui, il faut relire Jack London et défendre l’indépendance des associations.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article