Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

(Les burettes sont deux flacons l'un d'eau, l'autre de vin, utilisés lors de la messe dans la liturgie catholique. La javadeau pourrait être une danse aquatique.)

Le 7 juin dernier avait lieu le congrès départemental de l'Union départementale CGT-Force ouvrière du Maine-et-Loire (UD CGT-FO). La secrétaire générale Catherine Rochard et son bureau y rendaient compte de leur mandat et le congrès y décidait de l'orientation interprofessionnelle pour les trois ans à venir. Près de 450 délégués des syndicats et fédérations étaient ainsi réunis à Segré dans une ambiance fraternelle et combative. Canal + y enregistrait des images pour une émission autour de Pascal Pavageau, élu Secrétaire général de la CGT-FO cinq semaines plus tôt.

Ouest-France du 8 juin rend compte de l'événement sur deux colonnes page 9 entre deux articles 1. « Des armes, kilos de drogue et maisons closes » (4 colonnes) 2. Un encadré sur le Lycée Jean Baptiste Eriau d'Ancenis (dont rien n'indique qu'il soit privé et catholique, ce qu'il est) . Le format de l'article est le classique « Trois questions à... » . Mais à qui ? A Pascal Javadeau, le professeur d'aquagym bien connu des naïades… ( nom repris 2 fois).

Bon, il n'y a pas de complot : c'est seulement Ouest-France, le premier quotidien français. Le quotidien où sévissait naguère Paul Burel, journaliste aujourd'hui parisien et breton. Pas de complot, les gens sont seulement ce qu'ils sont et Ouest-France une captation de Ouest-Eclair par une autre branche du catholicisme social. Morvan Lebesque, ancien de la collaboration entre les nationalistes bretons et Vichy , puis chroniqueur vedette du «Canard Enchaîné »,  avait fini sa carrière en retrouvant ses racines : je l'avais croisé à Saint-Brieuc en 1970 ou 1971, en compagnie d'un curé intégriste et nationaliste bien allumé du biniou. Paul Burel a fait le chemin inverse, mais il n'oublie pas ses racines, une de ses récentes chroniques était consacrée au livre de Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT : on ne peut pas dire que c'était vraiment une critique. Vous vous rendez compte : Berger a réussi à faire partager son point de vue managérial à Carlos Ghosn, PDG de Renault et milite pour « une logique de droits attachés à la personne assez révolutionnaire », bref l'actuelle réforme du droit à la formation de Macron et la future réforme des retraites par points… C'est-à-dire les attaques contre la classe ouvrière qui animaient ce congrès militant et combatif de l'UD CGT-FO.

Pas de complot, pas de caractère de gravité, mais le fait de confier les « Trois questions… » à quelqu'un qui n'avait pas les prérequis (et à qui on ne saurait en vouloir), de faire une mise en page qui éloigne l'article des pages économiques et sociales, comme le fait de ne pas corriger titre et légende avant le bouclage, sont des petites pépites dont François-Régis Hutin doit être fier depuis le cloud céleste qu'il partage avec l'abbé Trochu, cofondateur d'Ouest-Eclair avec son grand-père.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article