Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

J’ai vu une interview consacrée à Blanche sur sa vie et tout ça. Aujourd’hui, il ne faut être ni « offensant » ni « controversé » . Aujourd’hui on ne pourrait plus publier Sade si c’était un auteur nouveau et Diderot lui-même aurait des problèmes en termes de « misconduct ». Blanche Gardin n’est donc ni offensante, ni controversée, sauf sur scène et ça fait du bien. On comprend (un peu) mieux le parcours de Blanche que celui de Zouc, du moins s’il on est un peu baigné dans la légende urbaine (j’ai des proches qui ne le sont guère et qui, sans être choqués, sont perplexes). Je ne sais pas pourquoi je suis tombé totalement dans la fascination de Zouc sans rien connaître de Saignelégier, de Saint-Imier ni des Franches-Montagnes. Ou plutôt cela doit avoir un rapport avec ce jour où trente ans après ma découverte de Zouc, je me suis (presque) présenté pour me faire interner dans un HP en compagnie d’un raton-laveur femelle… Aujourd’hui Saignelégier n’est plus en noir et blanc et est gérée par le Parti Social-Chrétien Indépendant et les fiançailles de Zouc avec ce jeune homme rencontré à la Jeunesse Ouvrière Chrétienne me semblent plus proches.

En mars 1947, en Maine-et-Loire où je suis né, les élus du parti social-chrétien se nomment Joseph Le Sciellour (élu sur la liste de Charles Barangé, un des pères de la « Loi Debré ») et Louis Asseray (né à deux pas de mon village), nous n’avons pas produit de Zouc. Mais de la J.O.C., oui, et beaucoup. L’hebdomadaire de la S.F.I.O. de Maine-et-Loire se nomme alors « L’Effort Social », il est dirigé (en fait) par Auguste Allonneau, le député socialiste. Le numéro daté du dimanche 9 mars 1947, trouvé dans le legs de mon amie et camarade disparue Marie-Thérêse Châlons (voir billet précédent) consacre un article à la J.O.C. à travers le compte-rendu d’une « réunion laïque et antifasciste ». Le chroniqueur écrit :

« Vers la fin de la séance arriva un monsieur Viala que je ne connais pas et qui prit la parole comme individuel. Son discours toutefois me fit penser qu’il devait être communiste. Il dit en substance ceci, en s’adressant aux organisateurs : « vous avez montré que vous n’étiez pas très unis, cela c’est regrettable. En outre, vous avez accusé la J.O.C. de certaines choses, dénoncé la collusion de l’Église avec Hitler et franco. Moi, au contraire, je vous propose l’union entre toutes les jeunesses de France, quelles que soient leurs idéologies ».

Quand Zouc était à l’école, avant que Mme Von Allmen n’achète sa première télé noir et blanc, Emile Poulat publiait une enquête de 1902-1903 sur « Les socialistes et l’anticléricalisme », je me retrouve pleinement dans les réponses de de Rosa Luxembourg, Léon Furnémont et Francis de Pressenssé . Aucun Suisse ne semble avoir répondu. Vaillant guesdise et Lafargue bavarde.

Je souhaite à Blanche Gardin d’avoir la carrière de Zouc avec un peu moins d’emmerdes.

Moi je prépare mon pélerinage à Saignelégier avec une guide indigène.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article