Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

Voici  l'éditorial que j'ai écrit  pour "Ce qu'il faut savoir" bulletin de confinement n°2 (Libre Pensée - groupe Francisco Ferrer). Si vous souhaitez prendre contact et recevoir ce bulletin, vous pouvez utiliser ce blog. La fréquentation en a un peu baissé  depuis que j'ai  supprimé le bouton Facebook (ils piquent vraiment tout !), mais vous pouvez  toujours écrire en laissant un commentaire ici.

 

 

CE QU’IL FAUT SAVOIR

Organe du Groupe Francisco Ferrer de la Libre Pensée.

Fédération de Maine-et-Loire

Nouvelle série n°2 de confinement. Avril 2020

ÉDITORIAL

 

 

Alléluia !

 

Le confinement dure et va durer. Le manque d’interactions sociales, ou la réduction de celles-ci au cercle étroit de la famille n’est guère favorable à la Libre Pensée. D’abord sur le plan de ses finances et je vous invite à payer votre cotisation, car notre fédération nationale doit payer (sans aides) salaires et fournisseurs. Mais surtout elle n’est guère favorable sur le plan de notre fonctionnement mental de primates (un peu) évolués.

Le mois dernier, je mettais en évidence l’intervention des rassemblements religieux, des pélerinages et des rituels obscurantistes dans la diffusion du coronavirus. C’est toujours bien de dire la vérité, mais est-ce efficace ?

On peut en douter pour ce qui concerne la phase actuelle. Les religions redoublent d’activité, avec un certain succès. On voit ainsi des chaînes d’information promouvoir la médecine ayurvédique comme alternative ou complément aux traitement symptomatiques. Cette pseudo-médecine hindouiste profite en réalité de l’absence de médicament proprement curatif, et compte tenu du fait qu’une majorité des formes peu symptomatiques évoluent, heureusement, vers une guérison rapide et spontanée, les témoignages d’efficacité ne manqueront pas. Tout comme pour la prière d’ailleurs, comme le faisait observer ce matin une rescapée américaine de 93 ans : « c’est ma foi qui m’a aidée à combattre. » La psychologie humaine est telle qu’à la question du « pourquoi ? », l’absence de réponse conduit facilement à la transcendance.

Mais les religions ont un autre avantage en cas d’épidémie, de guerre ou d’autres catastrophes : je l’ai vu se manifester à plusieurs reprises ces dernières semaines et même dans mon entourage « laïque ». Ainsi de ce texte qui circule et dont l’auteur serait « un prêtre bordelais » et qui est bâti sur le très classique : 1. L’humanité a péché (contre Dieu, la nature etc.) 2. Elle est tombée (catastrophe en grec, c’est la chute, le mouvement vers le bas) 3. Elle se relèvera par une foi nouvelle ou renouvelée. Alléluia, Christ est ressuscité ! Les variantes sont multiples. Sur le plan politique, dans les mêmes circonstances on se tourne vers le roi (Louis XVI est très aimé en 1789) , vers le maréchal en 1940, ceux qui mettent en doute la sincérité des sondages ont peut-être raison, mais il faut être très prudent, l’union nationale correspond à cette période, ceux qui y résistent ne sont guère mis en avant.

Cependant l’esprit de résistance se manifeste rapidement, et la victoire se forge à cet instant : nombre de soignants en témoignent déjà, nombre de familles de victimes en EHPAD, nombre de salariés d’Amazon, nombre d’élus et de scrutateurs des municipales... La figure du roi n’y suffira pas. Attention cependant, certaines des lois en faveur des cultes de 1941-42 n’ont pas été abrogées, la loi Debré a survécu à la guerre d’Algérie et le président de la République a repris le 23 mars son chantier de réparation entre l’État et l’Église. MG

En illustration :

J.S. Bach : "La Passion selon Saint-Mathieu" à Cologne   et hors d'une église - pour moi une splendeur.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article