Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Michel GODICHEAU

Le corbeau a mauvaise réputation, même loin de la Vologne.
Les hommes d’ici et d’aujourd’hui n’aiment pas l’oiseau dont l’intelligence les inquiète.Pour la même raison ils n’aimaient pas non plus les sorcières qu’ils brûlaient comme ils crucifiaient la chouette, l’oiseau d’Athéna.
Kafka Tamura, le héros de Haruki Murakami a un double imaginaire qu’il appelle « le garçon nommé Corbeau ».
En voici un autre  évoqué par un des poètes les plus importants du XXe siècle (et qui pour cette raison n’a jamais été enseigné)1 :
 
Benjamin Péret, grand amoureux des civilisations amérindiennes, traduit ainsi la légende de la créations du monde :
 
Faites s’abattre des grands cieux
Les chers corbeaux délicieux !
 
Qu’apparaissent sur le totem :
 
Le corbeau qui a apporté la lumière dans le monde,
l’ours de la famille de Niwagawa,
Huruk, l’oiseau mythique,
Nenwagawa, le sage au bâton parlant,
le loup ;
la baleine tueuse de baleines,
et l’oiseau tonnerre qui provoque l’éclair en clignant
des yeux et le tonnerre en battant des ailes.
Animaux des plaines et des bois, dévoilez votre face d’homme qui reconnaîtra ses aïeux !
Corbeaux, ouvrez votre masque afin que s’en exhale le parfum de visage humain qu’il renferme !
Cela n’empêchait nullement Benjamin Péret de chasser le corbeau clérical, ni de combattre le fascisme les armes à la main avec le POUM .
Les corneilles sont désormais regroupées pour l’hiver dans les grands arbres de l’école, là-bas. Je les entends mais ne les vois pas souvent de près, car je crois que les pies du jardin combattent leurs intrusions.
 
Le corbeau qui a apporté la lumière,
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article