Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

Le milliardaire et spéculateur américain  Georges Soros dispose de plusieurs réseaux d'Organisations  Non Gouvernementales (ONG), dont le principal est l'Open Society Institute (OSI).
Une des particularités de ces réseaux est   qu'ils sont particulièrement actifs  là où la dislocation des Etats-Nations est la plus avancée  ( ex-Yougoslavie, ex-URSS). Une autre  particularité est que leur action philanthropique  s'étend aux  hommes politiques. L'un d'eux est Michel Rocard que l'on voit apparaître  dans plusieurs initiatives  soutenues par  l'OSI ou  avec Soros en personne  :  Commission pour l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, International Crisis Group...   Initiative pour la reconnaissance internationale du Tribunal pénal international (TPI). Soros  et l'ineffable vieillard, ancien premier ministre de Mitterrand,  partagent  aussi  la même conception  d'une "gouvernance mondiale" qui passe par la disparition des Etats-Nations.  Je ne croyais pas, lorsque  je faisais une allusion amère à l'Ossétie, que j'allais retrouver Rocard ( le héros de mon dernier chapitre pour ceux qui n'auraient  pas encore acheté mon bouquin !) . L'information  à propos de Soros  sur Internet est polluée par  l'incroyable activité littéraire de  la secte politique de LaRouche-Cheminade. On trouve néanmoins en pdf  un rapport de  2004 de l'International Crisis Group intitulé :  "Avoiding  War  in South Ossetia" ; ce rapport y pointe  qu'une des causes de l'émigration  des Ossètes du Sud vers le Nord est le  manque d'écoles. Rocard est alors "senior advisor" de l'ICG et son nom apparaît  en bas du rapport. En réalité, la contribution de Rocard à la "dénationalisation" de l'école est cohérente  avec  les projets de nouvelle gouvernance mondiale des ploutocrates, fondés sur  la "société civile", qui en l'occurrence   organise  à la fois la destruction des services publics et leur remplacement par la charité privée. Quand bien même il y faudrait la guerre. Dans la  région le "Central  Eurasia Project" - qui ne se cache pas d'avoir la couleur du pétrole- est à ce prix.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article