Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

Cohérences corporatistes dans « l’Anjou Laïque »


Le numéro  88 de la revue de la Fédération des Oeuvres Laïques  de Maine-et-Loire, comporte  deux articles sur les Maisons familiales rurales.

Sous le titre  «  La maison familiale est un acteur de développement local » , Guy Martin, directeur, explique les principes de ces institutions :

-    l’alternance : le jeune  ne séjourne à l’établissement que 15 à 20 semaines par an  (cela fonctionne de la 4ème au BTS).
-    la pédagogie de groupe : l’encadrement se compose de monitrices et moniteurs, d’animateurs et d’animatrices (le terme d’enseignants semble proscrit), qui suivent les jeunes  pendant les pauses, au moment des repas, et sont en relation avec les familles.
-    les parents sont les interlocuteurs privilégiés et les moniteurs « rencontrent le jeune dans son milieu familial ».

Conclusion de Guy Martin : «  Si le but de ces établissements est la prise en charge par la personne de son propre développement, cette notion s’applique aussi au territoire. »

Dans le même dossier , une note explique  que dans la Région Pays de Loire  «  l’enseignement agricole  privé forme  81% des élèves de l’enseignement agricole  et les 2/3  le sont dans des établissements de ce type).

Mais le plus éclairant est sans doute l’interview  du porte-parole de la Confédération paysanne, Etienne Heulin :

« Tout enseignement technique a une proportion de corporatisme. Il faut se référer à l’Histoire. L’enseignement technique a été spécifique à l’agriculture parce que le clergé s’en est occupé. La République ne se chargeait que des élites. Ce sont les mouvements chrétiens qui ont émancipé les campagnes. »

Cela  donne un  relief particulier  à l’article  d’Alain Besson  paru dans le même journal , (numéro 87), dirigé  en particulier contre la Révolution Française.






Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article