Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

Les débuts de la nouvelle présidence de l’Université d’Angers sont assez mouvementés, entre  suppression de postes, fasciathérapie, tantrisme, déménagement manqué, constat d’huissier et « engagement dans la cité et dans le monde » (une musique que je reconnais entre toutes !). Tout cela est vraiment très angevin et il est vrai que ni Mgr Freppel , ni Mgr Chappoulie  ne sont plus là  pour y mettre bon ordre : pas besoin de Miviludes de leur temps : il suffisait de lire le bulletin diocésain. Quoi qu’il en soit, derrière il y a toujours la LRU ! Le site « Sauvons l’Université »  note  d’ailleurs avec pertinence que le climat bolognais ressemble fort au climat romain et permet d’ériger en modèles ces « universités catholiques » où les droits de scolarité se chiffrent en milliers d’euros  et où l’aumônerie est  comprise dans le service rendu. Nos présidents de gauche  n’ont ni à Angers, ni à Lille attendu longtemps pour signer avec la  catho des accords, qui pourraient, à terme, faire confier aux calotins la formation des enseignants... du public comme du privé (du grand service unifié, quoi- en tout cas l’enseignement catholique y prépare ses structures). Dans ce paysage, que deux universités toulousaines rejoignent Anne Fraïsse  dans son combat contre la  LRU  ne relève pas du miracle, mais de la persistance de la pensée de Condorcet chez ceux qui défendent aujourd’hui l’instruction  et l’universalisme. Le bien nommé site Atlantico peut bien écrire, sous la signature de Roger Célestin : « Je rêve d’une conversion miraculeuse qui pourrait toucher Anne Fraïsse, spécialiste de la Bible, des débats théologiques sur la nature du Christ et des hérésies, qui la transformerait en présidente d’une université résolument en partenariat avec les entreprises », le fait est que la résistance se renforce et que le parti noir n’a pas gagné.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

patrick hamard 16/04/2012 10:12

salut Michel
St Andrée le succésseur de D Martina n'aura même pas droit aux 100 jours...
J'aime bien Mme fraisse,elle à « des cojones »
Angers c'est pas Montpelier et Béhuard c'est pas Palavas les flots !

Depuis que je vais régulièrement dans cette région de la france (les enfants ça fait voyager)
j'aprécie de plus en plus l'air que l'on y respire, sans doute un air de Brassens ...
amicalement
patrick

Michel GODICHEAU 18/04/2012 11:13



Salut Patrick,


Il paraît qu'on dit effectivement mujer cojonada, même si, en fait, elle n'en a apparemment pas besoin !


:-)