Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

Antonis Samaras, premier ministre grec et minuscule poussière de l’Occident décadent, est un commissaire priseur convenable. Il vantait il y a peu  en Chine, son pays qui  a perdu 22 points de PIB en trois ans. «  Mais nous avons fait plus de la moitié du chemin ». Ce qui signifie de bonnes affaires à faire : ports (c’est déjà fait au Pirée), aéroports, infrastructures, huile, tourisme… Samaras vend la Grèce aux  « communistes » chinois, tout en faisant les yeux doux à sa propre extrême-droite, ce qui ne l’empêche nullement d’avoir des ministres de gauche, de louer ses hôpitaux aux Qataris et de tenter de faire concurrence à Raycip Erdogan, le premier ministre turc,  en matière de servilité philo étasunienne. Tout cela nécessite des mesures : pendant que Samaras était à Pékin , le gouvernement décidait d’envoyer des lettres de réquisition (en réalité de mobilisation !) aux enseignants grecs pour les empêcher de faire grève.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article