Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

 

La soirée  sur "Lazare Hoche et le traité de la Jaunaye", dans le cadre de l'Université populaire de Mûrs-Erigné s'est fort bien passée et la participation du  Comité républicain de la Roche-de-Mûrs sera sans doute renouvelée en 2014-2015, si du moins l'UPAJ continue. Deux pistes ont été évoquées hier soir. La première  est celle de la correspondance de l'adjudant-général François Watrin, lieutenant de Hoche en Vendée dont les écrits pourraient être comparés à ceux de Louis Marie Turreau. On a d'un côté un jeune "colonel" républicain de 25 ans qui tente d'appliquer avec intelligence et humanité les directives d'un chef prestigieux à peine plus âgé que lui, de l'autre, un fils de la petite noblesse de robe, entraîné dans le mouvement de la Révolution, il deviendra  massacreur (sous Barère)  en Vendée, puis général au service de Bonaparte (notamment en Valais), ambassadeur aux Etats-unis, baron d'empire il conserve son titre sous la Restauration. Ses écrits sont d'ailleurs passionnants.  La deuxième  est l'abolition de l'esclavage par la Convention  le 4 février 1794  sur la base d'un projet présenté par Levasseur de la Sarthe. Il est probable que  les Amis de la Révolution française, Club René Levasseur de la Sarthe,  soient de nouveau sollicités.

 

Pour l'heure, le temps disponible des citoyennes et des citoyens passe souvent dans la clepsydre de la préparation des élections municipales. On y découvre d'ailleurs des choses curieuses. Ainsi à Angers, une liste construite autour de militants  du Nouveau Parti Anticapitaliste (my goodness, quel titre distinctif !)  a publié un communiqué de presse  où elle proteste  contre la décision d'un chef  d'établissement catholique (Saint-Martin) de déprogrammer la projection d'un film (Tomboy) dans son établissement. Il est peu probable que les initiateurs de cette liste  se soient tout à fait rendu compte de la portée symbolique  d'un tel communiqué, ils ont sans doute voulu incarner  leur rôle "à gauche de la gauche" et donc aller plus loin que  MM. Beatse et Rotureau  dans l'intégration  de cette institution catholique emblématique  dans le "grand service unifié"  : ce n'est pas surprenant, somme toute ; mais ce faisant , ils se rangent  résolument derrière la loi Debré de financement des écoles catholiques. Un détail m'interroge  auraient-ils leur place  comme enfants de choeur  de l'abbé Bernier, que Lazare Hoche appelait "le caffard", le conseiller politique et spiritual de l'Armée catholique et royale ? Il semble bien car le cafard  devint monsignore et participa sous Bonaparte  à la négociation du Concordat qui inspira très certainement Michel Debré. Et puis les enfants de choeur portent une soutane rouge, n'est-il pas ? C'est très anticapitaliste tout çà ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article