Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

La dame  auditionnée in extremis par la « mission  burqa » de Gérin, Raoult et consorts  a indiqué « qu’elle n’avait de comptes à rendre qu’à Dieu » (A.F.P. et lematin.ch – 9 décembre 2009). Pour A.Gérin, député PCF, "Cela nous a renforcé dans l'idée que le voile intégral n'a rien à voir avec la République". Réfléchissons un instant.

Le catholicisme aurait quelque chose à voir avec la République, lui dont le chef étranger  a réitéré  l’instruction qu’il donne  à ses fidèles de ne pas respecter les lois sur l’IVG ? Le CRIF aurait quelque chose à voir avec la République, lui  dont  la raison d’être est de mobiliser ses forces au profit d’un Etat étranger ?

Allons plus loin : dès 2005 , alors qu’il n’était nullement question de burqa , A. Gérin  publiait « Les ghettos de la République », préfacée par E. Raoult, député UMP et rapporteur de la commission  qu’il préside aujourd’hui, nouant  ainsi une alliance politique dont on est fondé à s’interroger sur les motivations  républicaines.

Quand  « Le Courrier de l’Ouest «  de ce matin fait sa Une sur « La grande mosquée d’Angers » , on a une partie des réponses. Depuis juin 2009, le feu de brousse semble progresser plus vite  que la grippe A.  et s’accélérer au rythme  des licenciements massifs :  voile, burqa, Besson, identité nationale, minarets, Sarkozy drapeaux algériens, Bompard, youyous... puis retour aux mosquées.

En Maine-et-Loire, l’Histoire nous gratifie, en sus, d’un de ces ricanements dont elle a le secret : après la « mosquée du Doyenné », la « mosquée des Capucins » a du mal à voir le jour (l’Anjou surpasse la Vendée sur bien des points).

La commission Gérin  a commencé à montrer son vrai visage et cela gène le projet initial. C’est tant mieux. Mais  le nouveau projet que la commission concocte semble vouloir mélanger  des exigences  de la laïcité institutionnelle  avec les « valeurs» prônées par E. Raoult, J.Myard et autres Bourdouleix...

Il faut se méfier d’un âne qui recule (with apologizes  pour la gent asinesque qui n’a jamais nui à la République, of course).

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article