Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

La politique de soumission de la France au Saint Empire Romain Germanique, dont l’ Union Européenne  continue l’oeuvre pie, n’est pas vraiment une surprise. Il fut pourtant un temps, que les lycéens d’aujourd’hui ne connaîtront jamais, où  le Royaume de France, préoccupé par l’encerclement des  Habsbourg savait  tenir un autre raisonnement : « Je ne puis nier que je désire ardemment voir le Turc puissant, non pas pour son propre avantage, car c’est un infidèle  et nous  sommes chrétiens ; mais pour tenir l‘Empereur en dépense, le diminuer grâce à un si grand ennemi... » disait François 1°.  Suite à la reconquête de la Hongrie par les Habsbourg,  Soliman fait  appel au bey d’Occident  qui l’avait sollicité dix ans plus tôt et en 1535 un ambassadeur, Jean de la Forêt, est envoyé à Constantinople, c’était le début d’une longue histoire... les lycéens n’en sauront rien... car François 1° a disparu des programmes.  La deuxième internationale  avait, elle, proposé  une autre solution la fédération des peuples  des Balkans, position reprise par Lénine en 1913. Mais ni les lycéens turcs, ni les français  n’en  ont jamais entendu parler. C’était la dernière chance  et le sort tragique des Arméniens de Turquie  a été scellé  sous la protection  du Kaiser  au cours de la première boucherie mondiale, alors que  nombre de militants  ouvriers arméniens avaient participé à la chute d’Abdulhamid II, le dernier sultan, qui couvrait les pogroms anti-arméniens.

Face aux  vociférations et à l’histoire sous peine de prison , on ne peut que s’intéresser à ceci :

http://www.aphgaixmarseille.com/spip.php?article1627

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article