Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

 

"Et après tout, pourquoi le royaliste, pour couvrir ses desseins perfides, ne prendrait-il pas le bonnet rouge ?"

Lettre de Lazare Hoche au Directoire le 28 fructidor An IV. 

Voici le communiqué adressé  pour la presse au services de communication de la Ville de  Mûrs-Erigné

 


LAZARE HOCHE ET LE TRAITE DE LA JAUNAYE.

 

Conférence de Michel Godicheau

président  du Comité républicain de la Roche-de-Murs.

 

 A la fin février 1795, dans le parc du Château de la Jaunaye, près de Nantes,, une délégation de la Convention thermidorienne, conduite par les représentants et le général Canclaux négociait avec Charette et ses officiers ,ce qu'il est convenu d'appeler le "Traité de la Jaunaye", premier acte du règlement de la question de l'insurrection vendéenne. Un faisceau de circonstances rendait désormais l'improbable paix possible après plus de trois ans d'une guerre civile terrible. Le plus important d'entre eux était que la Révolution était en passe de
venir à bout des puissances coalisées, la menace continuait cependant à venir d'Angleterre et la pacification était  donc impérative.

L'artisan de cette pacification fut Lazare Hoche , très jeune général républicain déjà couvert de gloire que les luttes de factions avaient fait emprisonner depuis plusieurs mois et qui allait mettre désormais son énergie au  service de pacification nécessaire pour éviter le dernier danger important : le débar- quement des monarchistes et des Anglais et leur liaison avec Chouans et Vendéens.

 C'est une véritable rupture qu'opère Lazare Hoche qui sera confronté aux derniers soubresauts de Stofflet et de Charette, au débarquement qu'il avait anticipé... et aux conséquences désastreuses de la réaction thermidorienne.

 A Jeudi prochain 6 février à 20h au centre Jean-Carmet

      si vous le pouvez.

      La brochure de la conférence donnée  par Daniel Jouteux en décembre sur Levasseur de la Sarthe sera disponible.


 Salut et Fraternité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article