Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU


Sélection hebdomadaire n°3378 - Page 7  Un feuilleton sur la Russie.Irkoutsk. Encore une fois des photos très séduisantes, une jeunesse avec un esprit de frontière . Marie Jego  a pratiqué un échantillonnage  proche du lectorat du Monde, mais tout cela est bien mené et donne envie. Un trait acéré d'un très jeune (et beau) tenancier de bar permet d'ouvrir une fenêtre sur le sens de tout cela :


 "Un communiste est récemment devenu maire, contre le candidat de Russie unie [le parti de Vladimir Poutine].Il est vrai qu'une fois élu, il a tourné casaque pour prendre sa carte chez Russie unie. C'était ça ou le goulag. Irkoutsk n'est pas Hollywood."


Pour comprendre cela,il faut un peu revenir en arrière et lire autre chose que "Le Monde". Dans  la revue "La Vérité" n°684  (juin 2013), Jean-Jacques Marie explique que tout cela a commencé dans les années 1930. Il cite le communiste hongrois Varga qui écrit à l'époque  :

 

" Près de Moscou [...] on construit des datchas gouvernementales protégées par des gardes. Dans ces datchas, travaillent des jardiniers, des cuisiniers, des femmes de chambre, des médecins spécialisés, des infirmières, un personnel d'une cinquantaine d'individus tout cela payé par l'Etat. Des trains spéciaux personnels, des avions personnels, des criques personnelles, des yachts personnels, une ribambelle d'automobiles destinées aux dirigeants et aux membres de leurs familles. Ils reçoivent quasi gratuitement tous les produits d'alimentation et d'usage courant. Pour s'assurer un tel niveau de vie en Amérique, il faut être multimillionnaire."

 

Ce sont  les successeurs de ces  clans  staliniens qui ont décidé derrière Gorbatchev  de  franchir un pas à partir des années 1990 , de se partager  les propriétés d'Etat grâce aux vouchers et aux kalachnikov  et d'en finir avec le monopole du commerce extérieur  pour s'insérer dans le marché mondial dans un processus qui combine l'économie de rente et les pratiques purement mafieuses. Bah, me disais-je hier soir en regardant sur Arte les gangs de femmes de Los Angeles, la jeunesse d'Irkoutsk me paraît bien moins désespérée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article