Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

Je reposte  ce vieux billet car la video qui l'accompagne répond à une question essentielle  " La laïcité  est-elle une idée neuve en Europe ?" smiley

Les drapeaux européens sont bien là  !

A partir de la 3ème minute !

 

En ce 30 décembre 2013, le Courrier de l'Ouest rappelle par une photographie qu'il y a cinquante ans se tenait à la Catho ( un établissement de l'association Saint-Yves fondée par Charles-Emile Freppel, député monarchiste, accessoirement évêque et improprement nommée Université Catholique de l'Ouest) une conférence du prince Otto de von Habsburg-Lothringen, successeur de Charles-Quint et prétendant au trône de Vienne (et de Lorraine, donc) . Otto de Habsbourg-Lorraine est mort en 2011. A cette occasion, « Le Monde », journal des assomptionnistes, d'Edwy Plenel, de Pierre Bergé et de Xavier Niel écrivait :

 

« A travers la vie d'Otto de Habsbourg, mort le 4 juillet, à l'âge de 98 ans, dans sa résidence bavaroise, l'histoire des grandes monarchies européennes se confond avec le destin d'une Europe démocratique et unie. »

En réalité, en cette fin 1963 que commémore le quotidien angevin, Otto vient de renoncer définitivement à son trône et s'en explique en disant que l'Europe peut poursuivre son œuvre. Cette générosité s'explique par sa qualité d'héritier légitime du Saint-Empire Romain Germanique. Naturalisé allemand, il deviendra deviendra d'ailleurs député européen sous l'étiquette CSU (chrétien-social bavarois, le parti-clé de la coalition Merkel-SPD), tout en étant par ailleurs adhérent à l'Alliance anti-communiste mondiale fondée à Taïwan par Tchang Kaï Chek (et la CIA).

A sa mort, José Manuel Barroso, président de la Commission européenne déclarait :

« Son engagement pour l'Europe devrait servir d'exemple politique à nous tous, en particulier en ces temps difficiles."

Logiquement, il participa aussi en France, en 1966, à la fondation du « Cercle renaissance » auquel sont associés les noms du cardinal Danielou (mort en épectase), de Virgil Gheorgiu, du général Marcel Bigeard, de François Ceyrac (président d'honneur du Centre National du Patronat Français), de Dom Gérard, abbé émérite du monastère du Barroux, de Henri de Lesquin (du Club de l'Horloge), ajoutons-y des personnages de moindre importance comme quelques ministres de la Vème République et – pour faire people – de « Nicolas le Jardinier » (si!) .

 

A Angers, Otto de Habsbourg a continué à suivre les activités de la Catho en attendant que JC Antonini, J. Auxiette et F. Beatse prennent le relais du financement. Son épouse,  la Kaiserin Zita de Bourbon-Parme  est en instance de béatification. Des jaloux ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article