Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

Je le savais, mais voila, j’ai acheté le bouquin « Histoire secrète du patronat ». Au poids le prix est intéressant, pour le reste bof. C’est l’amicale des anciens du Monde, via Mediapart et rue89 ou de ceux qui auraient bien aimé s’y faire embaucher. La seule nouvelle intéressante que j’aie apprise pour l’instant est que François Ceyrac (CNPF) était le témoin de mariage de Martine Delors, épouse Aubry, mais bon, j’aurais dû lire Closer plus régulièrement, sans doute. Pour le reste, il y a en France un patronat corrompu, un syndicalisme corrompu (surtout FO), des politiciens corrompus... mais pas de luttes de classes ou si peu. On est politiquement correct sur les juifs, un peu moins précautionneux avec les francs-maçons, c’est l’air du temps. Des orientations défendues on ne saura pas grand-chose ou on ne comprendra pas grand-chose, ainsi Jean Monnet est-il présenté à juste titre comme l’homme des Américains, mais alors, pourquoi diable  n’y a-t-il par la suite que des banalités sur l’Europe si l’on excepte le ralliement tardif du CNPF au traité de Rome et quelques vilenies sur le DGB ?  Les éléments sur le patronat chrétien existent marginalement, mais ni l’encyclique Rerum Novarum  ni le rôle qu’elle assigne aux patrons ne sont sérieusement présentés. Yvon Chotard, grande figure du Centre Français du Patronat Chrétien,  est  seulement présenté comme un  cacique proche de l’UIMM et il n’existe pas dans l’index d’entrée pour les « Semaines sociales » organisées en collaboration avec l’épiscopat français (le principal animateur en est aujourd’hui Camdessus, prédécesseur de Strauss-Kahn au FMI). Les mesures du plan Juppé de 1995 sont présentées comme « raisonnables », la notion de « salaire différé » comme  une invention du vichyste pompidolien Georges Albertini (un Attali qui aurait réussi) et de FO. L’UNICE (l’organisation du patronat européen) n’est même pas citée dans l’index et des décisions économiques des traités de Maastricht et d’Amsterdam il n’est nullement question, pas plus que de la campagne pour le « oui » engagée par le patronat français.  N’exagérons rien : d’excellentes informations sont dénichées à la fin sur le complexe militaro-bétonnier à la française et son intrication avec le domaine des médias, idem sur Veolia ou l’industrie pharmaceutique, les dégâts du LBO  sont aussi correctement décrits.

Je vais  quand même essayer de  prolonger  le raisonnement, les auteurs m’en voudront d’autant moins qu’ils ne risquent guère de me lire : si l’on ajoute aux affaires de corruption patronales l’implication des syndicats et les problèmes écologiques, on ne voit pas d’autre solution  que de voter Eva Joly en 2012 pour un gouvernement de propreté appuyé sur une Europe rénovée qui s’attaquerait à la fois à la corruption et aux vrais problèmes. Dans le cadre des traités de Lisbonne, Amsterdam et Maastricht, cela va sans dire. Et devant un gouvernement Joly-Cohn-Bendit, je demande la nationalité moldave. (Histoire Secrète du Patronat de 1945 à nos jours – B.Collombat et D .Servenay dir. – 719 p – 25 € - La découverte 2009)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

David Servenay 10/09/2010 19:24


Bonjour,

D'abord je viens de vous lire.

Ensuite, à part Martine Orange, aucun des co-auteurs n'a travaillé au Monde, mais dans d'autres maisons de qualité.

Enfin, je n'ai pas bien compris votre critique sur l'influence de la doctrine socio-économique de l'Eglise. Nous avons par exemple enquêté sur la sage du groupe Ampère, soutenu par la famille
Michelin, mais sans en faire un prisme de lecture.

Notre projet était d'illustrer, par des portraits et des articles plus thématiques des dimensions non explicites du capitalisme à la française.

Cordialement,

DS


Michel GODICHEAU 13/09/2010 15:28



Merci de votre message.


Je n'ai pas prétendu que d'autres co-auteurs que Martine Orange avaient travaillé au Monde...


J'estime pour ma part que la philosophie de François Michelin n'est pas celle qui a le plus influencé le capitalisme français  ces dernières années et que l'application, par des cercles
assez aisément identifiables, de la doctrine sociale de l'Eglise, fondée sur "l'économie organisée" et le principe de subsidiarité ont largement influencé - et continuent de le faire - la
conduite  du capitalisme français et européen.


Par exemple une  étude systématique  des "Semaines sociales de France" aurait sans doute  formellement collé avec votre projet (Delors et Camdessus ne pèsent pas pour rien dans le
capitalisme  français !). Je vous renvoie seulement à la notice Wikipedia des "Semaines sociales", désormais explicitement liées à la COMECE.


Il en est de même d'Economie et Humanisme, qui a les mêmes origines que Georges Albertini... mais était aussi liée à l'école des cadres D'Uriage  où l'on retrouve Hubert Beuve-Mery... mais
aussi François Perroux qui n'est pas non plus un personnage mineur dans l'organisation du capitalisme français et européen d'après-guerre. Dans les derniers présidents ont retrouve d'ailleurs
Denis Clerc qui plaide pour une "régulation" dont les formes ressemblent étrangement aux programmes mis naguère en avant par Segolène Royal et par Europe Ecologie...


Bref, vous m'avez semblé épargner une partie de la cible et en privilégier une autre.


Cordialement


 


MG


 


 


 



Louis Patrocle 08/09/2010 12:23


Moldave un jour, moldave toujours !