Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

Onfray n’est pas anticlérical, il le répète dans « Le Monde » du 5 février : on le savait ! Il veut  faire passer les libres penseurs pour  des abrutis et se montre ainsi  « athée stupide » ! Il fait, contre toute évidence, du  « Mémoire » de Jean Meslier « la Bible des athées », alors que Jean Meslier  dénonce toutes les bibles et réclame une révolution sociale que notre philosophe redoute ; il tente de d’opposer  le curé Meslier à la « Déclaration » du 26 août 1789, la laïcité à l’athéisme et  révèle in fine qu’il  a failli  accéder aux palmes du martyre du fait d’un attentat perpétré contre lui (et heureusement manqué !) par la « milice freudienne » ! Ouf, la Normandie a failli perdre un génie. Onfray n’est pas anticlérical : pour lui l’anticléricalisme ce n’est pas la lutte contre le cléricalisme, mais les « débaptisations ». Mais même sur le terrain qu’il choisit, il se montre puéril et  en assimilant baptême  et thermalisme et fait preuve d’une ignorance crasse de la place des rites  dans la prise de contrôle des corps, et silence sur  la constitution de fichiers privés  par la secte vaticane. « La vraie vie athée est ailleurs ! »  nous dit le philosophe et fondateur d’un établissement privé d’enseignement : aux seuls « vrais athées », le soin de découvrir le « grand style » nietschéen et la subtilité dans l’immanence d’une vie consacrée à l’hédonisme ! Le vulgus pecum  se contentera d’essayer  de combattre les forces matérielles  qui  l’oppriment et soutiennent son exploitation, du prêtre-ouvrier (R.I.P.) aux « dominicains de Bordeaux ». L’allusion  « à  la tradition de la spiritualité de son pays »  en dit long sur le contenu réel  et la dynamique qui soutient le discours d’Onfray . Nul doute que le quotidien catholique ait eu le nez creux en lui donnant cette tribune. Quant à nous faire l’injure de ne pas  respecter la volonté du défunt en ce qui concerne ses obsèques, qu’il me soit permis de faire remarquer à Onfray que c’est au nom de la « tradition de la spiritualité de son pays » que la loi Sueur  a réduit la possibilité de disposer du sort post mortem de sa dépouille, et fait à l’Eglise catholique un joli cadeau. Mais le philosophe se préoccupe t-il des urnes ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article