Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

On m’avait offert un  livre de Slavoj Zizek et moi j’aime bien apprendre : je ne connaissais d’ailleurs de la Slovénie que la pêche à la truite, le catholicisme et le ski à la TV,  jadis. J’en ai lu une vingtaine de pages  et puis bon,  réminiscences de Marcuse  qui m’était tombé des mains il y a si longtemps, ou d’Habermas il y a un peu moins, de Deleuze aussi : ce sont des auteurs qui resteront  des volumes isolés dans ma bibliothèque : Zizek restera près du serre-livres,  c’est le sort de la lettre Z, voilà tout . La raison ? Je ne sais même pas où ils sont syndiqués !  Pourtant Zizek était la vedette du congrès de SY.RI.ZA. au  mois de mai. J’ai vu Alexis Tsipras se préparer longuement et gravement aux responsabilités du pouvoir : cela vaut peut-être  mieux que le KKE (Parti Communiste Grec) qui  refuse tout front unique et désespère ses sympathisants, mais  Alexis Tsipras parle politique comme tout le monde, comme un futur chef de gouvernement. J’ai vu aussi son entourage entre caciques « eurocommunistes » en voie de réinsertion et écolos  bien comme chez nous. Le principe de réalité dissipe la tentation exotique.  Reste  la question de la mobilisation : la jeunesse n’était pas au congrès de SY.RI.ZA et elle a fui depuis longtemps le KKE. La nébuleuse  de groupes désignés comme «l’extrême-gauche »  n’a  guère pour l’instant  que  « l’antifascisme » comme os à ronger… A ne voir que Chrysi Afghi on ne voit pas que des syndicats de  policiers refusent de charger les femmes de Ierissos , que l’Internationale de l’Education soutient les enseignants grecs, que le GENOP-DEH n’a pas capitulé.  On peut inviter Zizek à parler du goulag et  adopter, dans les faits, la même position que le PASOK  sur les réquisitions (quasi militaires) imposées aux enseignants lors de la grève du 17 mai.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article