Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU


Le déroulement des révolutions obéit à des lois et les révolutionnaires doivent toujours décider pour maintenant et penser à après. Ne serait-ce que pour sédimentariser le plus possible maintenant, car il y a toujours des flux et des reflux. Ainsi de la déclaration droits du 26 août 1789,  de la Constitution de 1918 de la République Socialiste fédérative de Russie, de la constitution portugaise de 1976. Stéphane Hessel ne fait certes pas partie des révolutionnaires et j’avais écrit ailleurs que son propos avait beaucoup  à voir avec  les manoeuvres pré-électorales de 2012. Pourtant , dans « Informations Ouvrières » de cette semaine, qui  comprend un formidable dossier sur la Tunisie,  Michel Sérac  écrit ceci : « S’indigner de cette décivilisation de la société, voulue par le capital est sans doute le premier pas. S’organiser pour que la lutte de classes lui barre la route et engage la reconquête, est le second. Un avenir crépusculaire n’est pas du goût de la jeunesse,  en France comme en Tunisie. Je crois que Michel Sérac a raison.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jielka 19/02/2011 19:20


Je connais beaucoup de gens qui s'indignent,Ségolène s'indigne, Martine aussi,Jean-Luc s'indigne,Olivier aussi jusqu'en 2012 sans doute...et Dominique, il s'indigne? Seule la lutte de classe est
notre avenir... Sérac a raison.


Michel GODICHEAU 19/02/2011 21:04



Yes, Jean-Luc !