Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

Le  7 juillet 1912 , un Bordeaux-Montrieux était présent  avec son épouse à l’inauguration du monument érigé au Bourg d’Iré en l’honneur du Comte de Falloux, père de la loi de 1850 qui ouvrait à l’Eglise catholique le marché de l’enseignement secondaire et augmentait son emprise sur l’enseignement primaire ; dans un premier temps il avait donné 50 francs pour l’érection du  monument : un peu radin  pour le président de la Société Industrielle de l’Anjou (ancêtre du MEDEF) ! Le Vicomte du Breil avait donné 100 francs et M. Bessonneau, industriel à Angers, 100 francs : il fit donc un deuxième versement de 25 francs.


Le  6 avril 2010 , le Courrier de l’Ouest, quotidien s’il en est (ça ne veut rien dire, mais ça évite les gros mots), nous apprend que l’Organisme  de Gestion de l’Ecole Catholique Montrieux, qui honore la famille du susnommé, envisage de  prendre position sur le nouveau site d’urbanisation de la Quantinière à Trélazé, qui comptera à terme plus de 5000 habitants (la ville pourrait alors approcher les 20000 habitants).


Le Montrieux d’origine (pas celui de 1812)  avait compris, comme Falloux, que la répression ne suffirait pas à éteindre les « foyers d’anarchie », qui se rallumaient périodiquement aux ardoisières de Trélazé. Après le démantèlement trop facile de la société secrète  républicaine  "La Marianne", l’envoi des  mariannistes en déportation à l’Ile du Diable était une mesure insuffisante. Le patronat ardoisier, présidé par Montrieux, profita donc de la Loi Falloux  pour  installer une série d’écoles catholiques, comme celle qui nous préoccupe.

Que cette honorable association, hélas subventionnée, veuille s’étendre et profiter de la nouvelle urbanisation pour propager la vraie foi, personne n’y voit malice.


Mais plusieurs questions se posent  :


1) Le Plan Local d’Urbanisme approuvé par Angers-Loire-Métropole, mais annulé par le Tribunal administratif prévoyait un groupe scolaire (et un seul) ; nous voulons croire qu’il s’agissait seulement d’un groupe scolaire public, quid dès lors de l’implantation des arrières petits enfants du Comte de Falloux 

2) Quelles surfaces ont été demandées par  les requérants ? Trélazé n’a pas de collège privé, il y a de toute évidence  des parts de marché à conquérir et chacun se souvient de  l’essaimage du collège Saint-Laud aux Ponts-de-Cé...


Plusieurs associations laïques poseront sans doute  ces questions au député-maire de Trélazé. Il est certain que pour l’OGEC, quitter la place Francisco-Ferrer serait sans doute une bénédiction.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

garcia jean françois 18/01/2014 10:12

pouvez-vous m'appeler au 02 41 34 17 31 pour évoquer les possibilités pour les municipales

Michel GODICHEAU 19/01/2014 12:52



Pouvez-vous m'envoyer un mot au mail que je vous ai donné, pour que je puisse à nouveau vous répondre par écrit ?


 


Merci



garcia 18/12/2013 09:45

je souhaiterai vous rencontrer en vue des échéances municipales. merci de me donner de vos nouvelles

Michel GODICHEAU 18/01/2014 00:20



Un peu tard désormais (je n'avais pas vu votre commentaire) ; vous pouvez m'envoyer un mail à partir de ce blog, en principe.