Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

 

Les salariés et les retraités le savent bien, le mois de décembre est un mois particulier en ce que, pour alimenter la fièvre acheteuse, la paye tombe quelques jours plus tôt.  La Banque Centrale Européenne a aussi  fait le Père Noël  quelques jours plus tôt, en  prêtant 500 milliards d’ € pour trois ans  au banques. Le taux d’intérêt  est de 1%, ce qui va permettre à ces établissements de  passer le réveillon, certes, mais aussi  de prêter  pour  des périodes plus courtes (jusqu’à 14 jours), à des taux d’intérêt bien supérieurs (3 à 5%) , entre-temps, les bilans (la photographie au 31 décembre)  se seront améliorés et les actionnaires seront rassurés. Mais une autre mesure mérite l’attention : les banques ont aussi reçu  de la BCE  33 milliards de dollars pour deux  semaines. Le problème est que ces 33 milliards de dollars la BCE ne les avait pas et les a sans doute obtenus des américains par des accords de swap (en déposant un panier de devises et en s’engageant  à régler la différence des taux d’intérêts à une échéance déterminée), car  nombre de banques françaises ne peuvent plus obtenir directement un financement en dollars (la confiance règne !) , dont leurs clients ont besoin quotidiennement pour régler les importations. Sauf que cela aggrave les risques à l’échéance du prêt : mais bon, c’est en 2012 et on est encore en 2011, toujours quinze jours de gagné ! Et puis  prêter ne serait-ce que 2 milliards pour 14 jours  à  4% l’an, cela rapporte quand même un peu plus de 2 millions net, de quoi choisir avec décontraction le grain de son caviar pour la Saint-Sylvestre. Il n’y aura pas de cessez-le-feu de Noël.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article