Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

L'été c'est prendre le temps d'écouter un concert d'orgue avec Michel Bourcier aux claviers de l'orgue de Plaisance aux sonorités si claires et si nettes que J.S. Bach est plus limpide que jamais. Bach le Trinitaire, si bien expliqué par l'organiste, pédagogue lumineux lui-même ; Bach dont les variations sur le chiffre trois jouent avec les personnes du Dieu Un et Trine des Nicéens. Il y a évidemment dans l'assistance une majorité de catholiques qui considèrent la Trinité comme naturelle et qui pour faire bonne mesure ajoutent une dévotion à la déesse-mère immaculée de Lourdes si proche. Cela commence à faire beaucoup de monde si on ajoute le curé de la paroisse qui n'est pas un Dieu , même que, malheureusement, Monseigneur vient de l'appeler à d'autres tâches . Oui, cela peut agacer d'entendre ces discours entre deux pièces musicales. Surtout quand on est entouré de gens dont beaucoup pensent comme  les électeurs de Jean-Guy Talamoni : « On est chez nous ! » . Même s'il ne s'agit pas du même chez nous, ce n'est pas le « chez nous » des Ariens qui vaincus à Nicée ont conquis Médine avec Mohamed, puis le Maghreb et une bonne partie de l'Europe. La logique des plus rigoristes dans les deux camps est de prohiber la musique sacrée, voire la musique tout court. Cela a permis à JS Bach d'écrire de la musique profane et à la musique arabe d'être à tout moment profane et donc contestataire, voire d'être la voie par laquelle se réintroduisent les saints et les djinns soit quelque chose d'aussi haram que le polythéisme des Trinitaires. Ou presque. Alors les gens qui considèrent les athées comme une espèce supérieure (ouf, j'en fais partie!) peuvent être tentés de demander à l’État de faire de la laïcité, entendue dès lors comme idéologie, la religion des athées. Et d'aller chercher , comme le fait Hollande, la protection du chef des Trinitaires. Le titre de ce billet est de V.I. Oulianov, mieux connu sous le nom de Lénine et il s'adressait aux abrutis de son parti. Bach n'était pas un abruti, d'ailleurs c'est l'arrière grand-père de Glenn Gould.

p { margin-bottom: 0.25cm; line-height: 120%; }

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article