Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel GODICHEAU

 

Voici l'éditorial que j'ai préparé pour le prochain numéro de "Ce Qu'il Faut Savoir". Paraîtra t-il avant les élections ? Peu importe, après tout.

 

La dernière fois où j’ai soutenu des propositions de modification  de la Constitution  du 4 octobre 1958  (née d’un coup d’Etat réussi par un général en retraite), c’était  en 1965 (!). J’étais alors  le représentant de François Mitterrand  dans un débat constitutionnel organisé dans ma faculté de droit. Arrivé au pouvoir seize ans plus tard, François Mitterrand n’a donné suite à aucune de ces propositions ( suppression de l’article 16, en particulier), mais en a initié d’autres, beaucoup plus contestables.  J’ai vu depuis  que la Libre Pensée, que j’ai rejointe  en 1982, avait adopté  en 1958 et 1965  des positions de principe remarquables.

 

Nous sommes donc en période pré-électorale, les candidats développent leurs programmes, ces programmes ont d’abord pour but  de convaincre les électeurs de voter pour eux : c’est dans ce cadre  que MM. François Hollande  et Jean-Luc Mélenchon  ont défini une position sur ce qu’ils disent vouloir faire au sujet de la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat. Sont-ils plus crédibles que François Mitterrand en 1965 ?  En tout cas ni l’un ni l’autre ne parlent de l’article 16, mais ils parlent de constitutionnaliser la loi de 1905 ! Il nous faut donc bien délimiter le débat : il ne s’agit pas ici  de savoir ce qu’il faut faire concrètement, il s’agit de savoir pour qui on va voter. Chacun sait, en effet, que les conditions concrètes  d’application des programmes  des uns et des autres ne seront définies que beaucoup plus tard... s’ils sont élus.  La Libre Pensée ne donne aucune consigne de vote, même indirectement, et  ne divisera pas entre ceux qui choisiront tel ou tel... et ceux qui  refuseront de choisir.

 

Dans ces conditions, plutôt que supputer  ce qu’ils feront, ou de sonder les reins et les coeurs, il me paraît plus efficace d’observer ce qu’ils font  ou déclarent hic et nunc. Ainsi  M. Glavany , un des plus illustres signataires  de l’appel « Laïcité sans exception » , qui critique la position de la Libre Pensée, déclare dans le même temps : si les principes de 1905 sont garantis dans la Constitution « la révision ne nous pose plus aucun problème et on peut discuter tranquillement du statut des associations cultuelles, de leur patrimoine, de leurs réserves financières, de ces sujets qui préoccupent un certain nombre de religions ».


http://www.la-croix.com/Religion/Urbi-Orbi/France/Jean-Glavany-regrette-que-Francois-Hollande-ne-remette-pas-en-cause-le-Concordat-_NP_-2012-04-04-784966

 


Ce qui  est cohérent avec ses positions antérieures  dans le même journal http://jean.glavany.free.fr/IMG/pdf/La_Croix.pdf 

  et avec le guide  dont il a coordonné larédaction.

 


Ma position personnelle est celle-ci :  depuis  le rapport Machelon (2006) qui concrétisait clairement la menace, un rapport de forces est  en train de se nouer  autour de la Séparation ; du point de vue de la Libre Pensée  l’enjeu en est clair : c’est  Europe vaticane (et pilarisme) ou Séparation.  Ce rapport de forces ayant fait échouer la  tentative  de vider de son contenu la loi du 9 décembre 1905, ses adversaires essaient la voie jurisprudentielle (arrêts du Conseil d’Etat du 19 juillet 2011)  ... ou  envisagent la voie de la révision constitutionnelle. Même si cela peut paraître totalement paradoxal, M. Glavany ne dit rien d’autre. Mais n’y avait-il pas des entourloupes du même type au moment du projet Savary  de grand service unifié en 1982-1983 ? Pour  conclure sur une question qui fait le pont  entre la laïcité de l’Etat et la laïcité de l’Ecole :  la loi Debré du 31 décembre 1959  est la première loi, depuis 1905,  qui ait permis le  retour d’un financement des congrégations religieuses à travers le financement de l’enseignement catholique. Or qui peut le plus peut le moins : la Libre Pensée vient , après la commémoration du Serment de Vincennes, de relancer une grande campagne  pour l’abrogation de la loi Debré. On y va ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Louis Patrocle 07/04/2012 08:44

Très bon ton texte sur des questions fondamentales, mon cher Michel.
Partagé sur fBook.

Tu fais référence aux positions de la LP en 1958 et plus tard, sur les institutions nées du coup d'Etat du 13 mai 1958.
Il serait bien (à moins que j'ai loupé un wagon) que cela soit diffusé !

Connaître notre histoire (et celle de la Libre Pensée notamment) et nos positions historiques (ou pour des dates ou évènements historiques), me semble, une impérieuse nécessité !

A bas la calotte, le turban et la kippa !

Fraternellement,

Michel GODICHEAU 07/04/2012 11:10



Il me semble que l'un des textes a déjà été publié (dans l'Idée Libre ?)



Louis Patrocle 07/04/2012 08:14

Très bon ton texte sur des questions fondamentale, mon cher Michel.
Partagé sur fBook.

Tu fais référence aux positions de la LP en 1958 et plus tard, sur les institutions né du coup d'Etat du 13 mai 1958.
Il serait bien (sauf si j'ai loupé un wagon) que cela soit diffusé !

Connaître notre histoire (le Libre Pensée notamment) et nos positions historiques, me semble, une impérieuse nécessité !


A bas la calotte, le turban et la kippa !

Fraternellement,